Conseil du 20 février 2017

Nuisances sonores de la salle des fêtes (en sujets divers). Fourniture et pose de l'armoire d'éclairage public sur la place des commerces - 2017_006. Travaux concernant le réseau éclairage public 2017 - 2017_007. Mise à jour du tableau des emplois - 2017_003. Transfert ou non de la compétence PLU à la Communauté de Communes "Brie des rivières et desChâteaux" - 2017_004. Fonds National de Garantie Individuelle des Ressources (FNGIR), substitution de la Communauté de Communes Brie des Rivières et Châteaux - 2017_005

Compte rendu de séance....

 

Analyses et commentaires

Nuisances sonores de la salle des fêtes

Une salle communale a pour vocation de servir la vie communale. Elle permet de réunir les habitants autour de projets associatifs, lors des évènements traditionnels comme les voeux de la municipalité ou encore pour des réunions publiques permettant aux différents candidats de présenter leur programme.

 Pour alléger les coûts d'exploitation de ces salles, les élus ont la possibilité de louer ces salles pour des mariages ou des fêtes familiales.

La salle communale de Blandy n'échappe pas à cette règle. Toutefois, sa situation au coeur du village devrait amener les élus à s'interroger sur la valeur de leurs engagements et responsabilités.

 La précédente municipalité s'était rapidement trouvée confronté aux problèmes de nuisances sonores. En effet depuis de nombreuses années, la salle était louée intensivement et les riverains excédés se sont manifestés auprès la nouvelle équipe d'alors qui s'est emparé du sujet :

  • Un limiteur de son a été installé mais bien que conforme aux normes en vigueur, il n'a pas permis d'améliorer la situation.
  • Le règlement de la salle fut alors renforcé et la diffusion de musique amplifiée après minuit fut interdite.
  • Après quelques expériences ou le maire de l'époque s'est déplacé en pleine nuit pour faire respecter cette règle presque toujours bafouée par les locataires (bien qu'ils aient signé le contrat de location et donc le règlement), toute location le soir fut bannie à l'exception de celles pour des mariages de Blanynois.

   La municipalité actuelle, élue en 2014, n'a pas pris en compte les mises en garde de l'ancien maire, Eric Cadiou, actuellement conseiller municipal. Les locations ont repris et avec elles, les nuisances et les plaintes des riverains. Le règlements n'est pas respecté et le maire n'intervient jamais pour faire cesser les nuisances.

 Lors du conseil du 20 février 2017, le préfet ayant demandé à ce qu'une réponse soit apporté aux riverains l'ayant interpellé, Patrice Motté a exposé la situation au conseil dans la rubrique "Divers". Plusieurs voix se sont alors exprimées plutôt en faveur des habitants "qui ont besoin de faire la fête" mais après la prise de parole des élus Lesblandynois qui ont rappelé l'historique ci dessus ainsi que le role des élus qui se doivent de faire respecter la loi, le maire a annoncé que la commission travaux se réunira sur le sujet.

 

  

Emplacement du NRO (local technique pour la fibre optique sur Blandy)

Dans les questions diverses, l'emplacement du NRO a été abordé et retranscrit comme suit dans le compte rendu initial :

"Lors des questions diverses, Mme HUBERT Stéphanie demande des renseignements sur le local technique rue de la libération.
Des travaux de mise aux normes et de nettoyage sont à l'étude concernant ce local.
La société Covage en charge de l'installation du NRO pour le développement de la fibre devrait
financer l'enfouissement des branchements électriques."

Le compte rendu de la mairie en serait resté là bien que les échanges lors de la séance avaient été beaucoup plus riches. Après demande explicite, les élus Lesblandynois ont obtenu l'insertion de l'exaustivité des échanges ci dessous :

 "M CADIOU Eric précise alors que le conseil municipal ne s'est pas prononcé sur l'emplacement du NRO, il
rappelle "qu'il est contre le choix de l'emplacement au 1 rue de la libération pour des raisons
esthétiques d'une part et d'autre part du caractère irréversible de cette installation sur un emplacement
sur lequel il faut absolument avoir une réflexion pour un aménagement d'ensemble cohérent de façon
à préserver l'avenir du village"
M MOTTÉ Patrice lui répond que l'emplacement sera décidé définitivement lors de la signature de la
convention avec la société COVAGE et cette même convention sera obligatoirement adoptée lors d'un
conseil municipal, avec au préalable, l'avis des Architectes des Bâtiments de France.
Quant au côté esthétique, il a été évoqué lors d'une réunion avec la société COVAGE d'installer une
palissade ou un trompe l'œil.
Enfin, concernant son positionnement, l'accès à la parcelle reste toujours possible pour d'éventuels
aménagements futurs."