Le bilan du mandat 2014-2020 vu des conseillers municipaux engagés dans la liste Lesblandynois

Eric CADIOU, conseiller municipal

Stéphanie HUBERT, conseillère municipale

Monique BETTING, conseillère municipale de 2014 à 2017, ancienne adjointe au Maire

 

Rétablissent la vérité

sur le bilan du mandat de M. Motté

 

 

Chers concitoyens,

Les élections municipales approchent et il est temps de faire le bilan de ce mandat.

Le bilan exposé ici n'est pas celui présenté par le maire sortant, mais celui dévoilé par trois élus de son conseil municipal qui refusent de cautionner la manipulation de l'information et affirment leur volonté de considérer les habitants comme des citoyens responsables.

LE MAIRE DOIT LA TRANSPARENCE AUX HABITANTS

M. Motté se targue d'un bilan financier exceptionnel.

L'humilité et l'honnêteté intellectuelle auraient dû l'amener à communiquer en toute transparence sur les conditions qui lui ont permis de dépenser tant d'argent public.

En effet qui sait d'où provient la manne financière déversée dans le budget communal sans que les élus en soient à l’origine et dont le maire sortant a largement bénéficié (et tout dépensé...) :

  • Don de l’association « Les amis du château fort » par son liquidateur = 43.520€,
  • La dissolution du syndicat des transports décidée par la préfecture = 120.000 €,
  • La dissolution de la communauté de communes Rivières et Châteaux décidée par la préfecture = 170.000 €,
  • La dissolution du syndicat de la Trésorerie du Châtelet décidée par la préfecture = 25.000€.

La municipalité actuelle a bénéficié de conditions exceptionnelles comme aucune auparavant. Celles-ci permettent au maire sortant de faire apparaître des courbes magiques !

Mais, y a-t-il eu une réflexion sur le long terme en concertation avec les Blandynois pour utiliser au mieux cet argent ? Non ! Il a été dépensé dans des projets souvent mal ou peu préparés, pour exemple :

  • L'extrémité du nouveau trottoir de la route de Châtillon reste impraticable et dangereuse car trop étroit et oblige les piétons à descendre sur la chaussée à l’endroit le plus dangereux du carrefour, malgré les dépenses engagées.
  • La cour de l'école amputée de 40m² pour réaliser un grand bureau du maire, au lieu de profiter à nos enfants.
  • La rénovation de l’ancienne école qui ne prend pas en compte les besoins des personnes à mobilité réduite et qui fait que le cabinet de santé (occupé par une ostéopathe) ne leur est toujours pas accessible.

M. Motté se targue d'un grand nombre de réalisations.

L’humilité et l'honnêteté intellectuelle aurait dû l'amener à communiquer en toute transparence sur l'origine réelle de beaucoup de ces réalisations ; dont il n’est pas l’initiateur.

La rénovation des réseaux d’adduction d’eau et de changement des branchements plomb a été réalisée par l’ex-syndicat des eaux. OUI ! MAIS dans le cadre d'un projet construit et financé par la municipalité précédente.

L’installation des caméras de vidéo-surveillance. OUI ! MAIS poussée par la Préfecture auprès des 13 villages de la communauté de communes Vallées et Châteaux.

La rénovation de l'éclairage public. OUI ! MAIS poussée par le SDESM (syndicat d'électrification) et que la seule chose que le Conseil Municipal eut à faire fût d’en choisir la couleur.

M. Motté manipule les informations autant qu’il vous manipule.

M. Motté inscrit dans son bilan de mandat, au sujet du champ de foire, la « Suppression dans le P.L.U de la possibilité de construire..." qui était une de ses promesses de campagne 2014. Or, il a choisi une simple procédure de Modification en lieu et place d’une Révision qui aurait permis de réellement supprimer cette disposition.

M. Motté joue sur les mots et se joue de vous ! 15 000€ d’argent public ont été dépensés et la zone est toujours à urbaniser !

M. Motté inscrit dans son bilan de mandat que « la démarche zéro phyto » a été engagée en 2014 ; cette mesure a belle et bien été délibérée et mise en place en 2013 par la mandature précédente.

M. Motté inscrit dans son bilan de mandat « le nettoyage du village ». Ce n’est pas une nouveauté ! Le premier opus a eu lieu en 2009.

M. Motté inscrit dans son bilan de mandat « Mise en place d’outils de communication ». Il semble oublier que le site internet communal a été créé dès 2008 par la municipalité précédente et que le bulletin municipal existait déjà !

M. Motté inscrit dans son bilan de mandat « Création de jardins partagés ». En réalité, un projet réalisé par l’Association « Mieux Vivre à Blandy » avec le soutien de l’équipe municipale précédente en 2009.

 M. Motté inscrit dans ses projets « « Noëliser » le village ». Alors pourquoi ne l’a-t-il pas déjà fait durant son mandat malgré les propositions qui lui ont été faites par certains membres de son conseil ?

 

 

LE MAIRE DOIT DEFENDRE L'INTERET GENERAL DES HABITANTS

La qualité de vie, la solidarité, la convivialité doivent être les principaux moteurs de l'action municipale.

Savez-vous qu'à chacune des mandatures précédentes (Fontaine, Péron, Cadiou), le Conseil Départemental a tenté de s'approprier le Champ de Foire pour y faire des parkings pour les touristes ?

Toutes ont refusé sauf celle de M. Motté qui s'est empressé de donner satisfaction à ses amis politiques en place au Département.

Savez-vous qu'à chacune des mandatures précédentes (Fontaine, Péron, Cadiou), le même architecte est revenu à la charge avec son projet d'agrandir la mairie ?

Toutes ont refusé sauf celle de M. Motté qui n'a pas hésité à engager 400.000€ d'argent public et, au passage, réduire la taille de la cour de l'école de nos enfants pour se faire un grand bureau de maire, là où une simple rénovation suffisait (nous sommes un village de moins de 750 habitants, pas un Arrondissement de Paris !).

Savez-vous que par sa fonction, le Maire a accès à des informations avant les habitants ? La déontologie exige alors qu'il se mette en retrait ; par exemple sur les affaires immobilières.

Pourtant qui a acheté la maison du 23 rue Grande, sans que les voisins intéressés par cette maison, ni quiconque dans le village, n'aient pu avoir accès à cette information avant que l'affaire ne soit conclue ?

 

M. Motté agit avant tout pour se faire valoir et pour sa propre notoriété. Il agit seul en réalité. Sa grande force étant de s'entourer de conseillers qui ne posent pas beaucoup de questions.

Pour illustration, Monique Betting conseillère municipale adjointe au maire de 2014 à 2016 en témoigne : "Tant que vous ne posez pas de question ni ne vous opposez à M. Motté, tout va bien". Mais en 2016 quand elle a commencé à comprendre le fonctionnement du personnage et vouloir faire valoir son point de vue en toute démocratie, les relations sont devenues invivables et elle n'a pas eu d'autre choix que de démissionner !

Enfin, la qualité de vie au travail n’étant pas le sujet de M. Motté ; le départ de 50% des agents municipaux a eu lieu en raison de conditions de travail déplorables.

Nous vous prions, chers concitoyens, de croire en notre profond respect.

 

Eric CADIOU                Stéphanie HUBERT               Monique BETTING